Dans la première partie de notre diptyque sur la mise en scène, Michael et Sébastien passent en revue les notions de bases :


  • une définition, qui finit en métaphore : "la fenêtre narrative magique" (si, si),

  • les choix (conscient ou non) qui fonde une création,

  • montrer quoi, dans quel ordre et avec quelle insistance pour...

  • réfléchir à la signification de sa mise en scène, à l'intérieur de l'histoire, pour le public-joueur ET "entre les deux",

  • le processus fondamental de masquer et démasquer, notamment pour créer la tension narrative,

  • le découpage du temps (de narration / de jeu / du MJ / des joueurs...), et donc notamment les structures en 2, 3 et 4 actes,

  • la focalisation, c'est à dire les différents "points de vue" par lesquels on perçoit l'histoire t donc...

  • le cadrage , soit la composition de ce qu'on voit par notre fenêtre narrative : quelle quantité de décor vu par quel angle, quelle importance donnée aux personnages, s'éloigner ou zoomer etc.,

  • les transitions entre les scènes, les actions, les cadrages... et leur influence sur le rythme.

Dans le prochain carnet, on se penchera donc sur des "effets audiovisuels" dont peut s'inspirer le JdR... et on répondra aux questions d'auditeurs sur la mise en scène en général. N'hésitez donc pas à nous en poser plein.
Ce podcast a été diffusé pour la première fois sur Radio Rôliste en septembre 2015.
Son générique est un extrait du '
Spoon Rapael' de Orchestra Arrecife.